Fonctionnement du cerveau : un cinéaste émotionnel

Antonio Damasio, dans ses livres Feeling of What Happens (anglais) ou Le Sentiment même de soi – Corps, émotions, conscience (français), explore tout ce qui fait qu’on est conscient. 400 pages d’explications neuroscientifiques pour tenter de nous expliquer la conscience permet de mieux comprendre les fonctionnements inconscients. Je ne vais pas ici rentrer dans les détails, cela serait trop long, mais simplement évoquer quelques aspects que j’ai trouvé intéressants, liés à la pratique de l’hypnose.
Antonio Damasio nous dit que notre cerveau possède des programmes de base, comme nous l’avons déjà abordé avec les articles sur l’amygdale ((partie 1partie 2partie 3, partie 4). C’est l’animal qui est en nous qui n’a à l’esprit que quelques éléments, assez binaires :

  • récompense ou punition
  • plaisir ou souffrance
  • approche ou retraite
  • avantage ou désavantage
  • bien (dans le sens dans la survie) ou mal (la mort).

D’après Antonio Damasio, que nous l’apprécions ou non, c’est la condition humaine naturelle. C’est notre système de fonctionnement de base, qui automatise des comportements et des réactions pour répondre à ces conditions.

Pour schématiser, voici les étapes dans le cerveau :

  • Notre cerveau perçoit un objet extérieur, qui pour lui n’est qu’un ensemble de données transmises par nos canaux sensoriels
  • Cet objet passe par notre système de survie, les programmes de base évoqués ci-dessus
  • Le système produit ou non une réaction, liées aux émotions universelles (peur, colère, surprise, dégoût, tristesse, joie)
  • Cet objet est récréé en « film » intérieur
  • Le film se déroule et nous en avons conscience seulement à ce moment là
  • Cet objet est passé par la mémoire auto-biographique, celle qui correspond à toute notre histoire, avec toutes les connexions du passé associées
  • Le film modifié par les perceptions de la mémoire auto-biographique est rejoué en nous, avec les émotions « secondaires », comme la honte, la jalousie, la culpabilité etc.

Antonio Damasio nous explique qu’il est évident que la mise en place d’une stratégie de base est automatique et inconsciente. Comme l’étude Benjamin Libet (en anglais) le montre, la conscience n’est que le témoin de ce qui s’est déjà déroulé inconsciemment bien avant. Notre conscience aurait 500 ms de retard sur l’inconscient. A l’échelle d’une molécule, 500ms est une éternité.

Le cerveau : notre cinéaste interne

D’après Antonio Damasio, la meilleure analogie pour le fonctionnement du cerveau est la création d’un film.

Le cerveau perçoit un objet, regarde à quoi il correspond et quelles sont les résonnances intérieures et l’insère dans le film joué dans notre tête, dans lequel nous sommes acteurs. Notre cerveau nous raconte en permanence une histoire, reconstruite à chaque instant, elle nous paraît continue car nous la voyons défiler en permanence, avec les milliers de stimuli perçus à la seconde, mais toute la machine qui met en route ce film nous est cachée, exactement comme dans un film au cinéma. Que le stimuli soit extérieur ou intérieur, imaginé, rêvé, le processus est toujours le même. Cette conscience primaire est comme un robot, elle ne pense pas, ne réfléchit pas, et ne fait que réagir selon des critères passés et des paramètres de survie. Seule la conscience étendue répond aux éventuelles questions soulevées, quand elles sont posées.

C’est ce film permanent qui nous permet de parler et de raconter notre vie. Pour s’exprimer verbalement, ce film doit être construit, et pour sa construction notre cerveau active toutes nos interconnexions avec les objets, présents dans le film. Antonio Damasio nous dit que les actions motrices sont encodées avec les charges émotionnelles, le corps réagit non verbalement, avant même que nous puissions en parler. En simplifiant, il réagit au travers du corps pour les émotions secondaires (mouvements, postures) et au travers du visage pour les émotions primaires. C’est ce qui fait que lorsque nous parlons de quelque chose, nous avons souvent les mêmes gestes, le corps reproduit l’action du film intérieur.

On voit nettement au travers des explications d’Antonio Damasio l’importance de prêter attention au non verbal, et pas uniquement celui des expressions du visage, qui n’anime que les émotions primaires. Le verbal est déjà un système étendu de conscience, dans lequel la conscience peut interférer, alors que le non verbal est retranscrit tel quel, sans pensée.

Toutefois, si la conscience peut interférer sur le verbal, elle ne le peut que difficilement sur ce qui constitue la forme du film, c’est à dire que si dans le film qui se déroule nous voyons quelque chose, c’est ce que nous exprimerons au travers du langage. Il devient évident, si ce n’était pas déjà le cas, que les prédicats utilisés par chacun (je vois, je sens, j’entends bien etc.) sont la représentation même de ce qui se déroule en nous.

Les informations émotionnelles et motrices que conserve notre cerveau forment la conscience autobiographique, « nous » avec notre histoire. Lorsque notre cerveau perçoit un stimulus, il active tous les processus automatiques et lance la recherche dans notre mémoire autobiographique, toutes les connexions neuronales concernées s’activent, et nous reconstruisons intérieurement nos liens avec le stimulus. Ce processus est « lent », à l’échelle du cerveau, comme nous l’avons déjà évoqué.

Antonio Damasio nous dit que ces connexions de la mémoire autobiographique sont réinjectées dans le cerveau et celui-ci la traite comme un stimulus extérieur, comme quelque chose de nouveau et active toutes les réactions en fonction. Notre histoire est donc elle aussi rejouée en permanence et repassée par les filtres qui permettent la construction de ce film intérieur. Elle se combine alors aux pensées du moment, et à ce qui est actif dans la mémoire de travail, ainsi qu’aux éléments extérieur. Le cerveau mélange l’état présent à l’état remémoré de la mémoire autobiographique et nous fait le film qui en résulte. Daniel Gilbert, dans son livre « Stumbling on Happiness », nous parle de ce fonctionnement aussi, et cela créé un rapport particulier au bonheur. Une vidéo de sa conférence TED est disponible pour vous donner une idée de ce processus.

Tout ceci explique pourquoi nous prêtons plus attention à certains éléments qu’à d’autres, c’est pourquoi souvent les femmes enceintes remarquent plus qu’avant que d’autres sont enceintes, c’est pourquoi nos peurs présentes nous font prêter attention à certains détails en nous et nous en font oublier d’autres.

Quelques exemples de la puissance de ces processus inconscients

Au cours de son livre, Antonio Damasio nous donne de nombreux exemples issus de sa pratique avec des patients ayant des parties du cerveau abimées ou inactives. J’en cite ici quelques uns que j’ai trouvé très intéressants.

Puisque j’ai écrit assez longuement sur l’amygdale, j’ai trouvé celui de la cliente qui avait ses deux amygdales calcifiées particulièrement pertinent. Elle se comportait tout à fait normalement mais étant étrangement ouverte et réceptive au touché et aux personnes autour d’elle. Le test effectué par Antonio Damasio a été de lui faire regarder 100 photos, 50 que les personnes avec toutes leurs capacités qualifieraient de « personne de confiance », et 50 de « personne envers qui se méfier ». Cette cliente a qualifié toutes les persones de ce test comme « personnes de confiance ». De plus, d’autres tests ont faire remarquer à Antonio Damasio que la seule capacité de perdue du fait de l’absence de l’amygdale était la capacité d’apprendre de nouvelles conditions aux stimuli dangereux et désagréables. Comme si la peur et la colère avaient été retirées de la cliente. Fait remarquable, cette cliente, douée en dessins, ne pouvait pas non plus dessiner de visages apeurés. Antonio Damasio fait remarquer que les patients avec une seule partie de l’amygdale endommagée fonctionnent normalement.

Je trouve que ceci résonne de façon intéressante avec les articles précédents consacrés à l’amygdale.

Un autre exemple était celui d’un autre patient, atteint de dégâts à l’hippocampe (la mémoire de nouvelles choses) et à l’amygdale. Ce patient peut vous voir, parler avec vous sans que vous ne vous rendiez compte de rien, mais revenez trois minutes après, il ne vous reconnaît pas et ne sait pas dire qui vous êtes. Antonio Damasio s’est intéressé à son cas et a lancé une batterie de test lorsqu’il a remarqué que lorsqu’il allait fumer ou boire un café, son patient se dirigeait toujours vers les mêmes personnes, qu’il n’était pas censé connaître.

Le test a donc consisté à lui présenter des personnes très désagréables et d’autres agréables, qui venaient régulièrement le voir dans sa chambre. Au bout de quelques semaines, on lui a présenté des photos et on lui a demandé de classer « agréable » et « désagréable », chacune de ses photos. Et il ne s’est pas trompé. Si on lui demande alors d’expliquer pourquoi, il ne sait pas répondre, et parfois même construit une réponse qui n’a pas de sens (ça doit être mon cousin Georges). Une partie de lui sait donc ce qui s’est passé et continue de le protéger alors que lui n’a plus la capacité d’avoir conscience de ces choix.

Fait intéressant, ce patient avait aussi conservé la capacité d’apprentissage sur des exercices répétés. Le genre de jeux qui demandent de l’entrainement et de la répétition, comme suivre un trait avec un crayon sur un disque qui bouge. Il fallait expliquer le jeu à nouveau à chaque fois que ce patient venait pour le test, mais il réussissait et progressait aussi bien que toutes les personnes normales. Encore une fois, une partie de lui intègre les apprentissages, mais il n’a pas conscience de ce fait.

Et dans la pratique de l’Hypnose ?

Ce livre ouvre de nombreuses portes possibles sur une approche de l’hypnose ou sur certains aspects stratégiques, et je vous laisserai vous faire vos propres idées, et je vous invite même à les partager dans les commentaires. Je vous livre ici quelques points qui ont animé mes réflexions.

En Hypnose, nous travaillons parfois directement à ce niveau, et comprendre ces mécanismes de protection et ses automatismes permet de négocier des réglages et de travailler sur ces panneaux indicateurs qui génèrent nos émotions, afin que celles-ci soient plus agréables et plus en accord avec le conscient. La modification de connexions neuronales, l’ouverture de nouvelles connexions permet le changement.
Lorsque nous savons respecter les besoins liés à la survie et à la recherche de l’équilibre de survie, cette homéostasie intérieure de notre cerveau et de notre corps, nous savons encore mieux travailler de concert avec l’inconscient.

Certains praticiens réfutent souvent l’idée assez répandue que l’inconscient est protecteur. En soit, ce livre nous montre qu’il est, c’est simplement que certains processus ne fonctionnent que dans l’instant, sans aucune idée du passé et du futur, et que ce n’est pas leur rôle. Le rôle primaire est la réaction, la survie et la protection du système en intégrant tout un panel de données émotionnelles, sans les remettre en question.

Nous constatons aussi au travers de ce livre que tout se reconstruit en permanence en fonction de l’instant présent, et que si l’instant présent est ouvert de nouvelles possibilités, d’un futur plus agréable et de plaisir, les perceptions du passées peuvent être différentes. L’importance de préparer le terrain avec nos clients, en désactivant les peurs, les doutes, en recadrant des croyances afin de stocker dans la mémoire de travail de nouvelles perspectives apparaît assez clair. Cette reconstruction permanente se connectera aux pensées du moment et de nouvelles réactions, et donc de nouvelles attaches pourront se faire.

Les émotions étant le moteur de notre fonctionnement, et que ce système de survie a la capacité de le percevoir, totalement en dehors de notre conscience, il est aussi pertinent de se poser la question de l’intention, et de l’intensité émotionnelle de nos séances. Lorsque vous vivez une émotion, les neurones miroirs s’activent, et l’autre la perçoit à un niveau inconscient, comme démontré lors de tests sur certaines expressions du visage. Si le conscient ne la perçoit pas, le cerveau lui, sait la reconnaître. C’est pourquoi beaucoup de praticiens mettent l’accent sur l’intention, qu’une bonne technique hypnotique est utile, mais est loin d’être suffisante, le cœur, la vie, les émotions que vous mettez dans une séance sont vécues et ressenties par les sujets, et elles se mêlent alors au film qui se déroule automatiquement dans leur tête, pour plus d’efficacité.

Je pense que beaucoup de praticiens ont pu remarquer, ou ressentir que parfois c’est un mot, et un seul, qui favorise le changement chez l’autre, et c’est ce mot qui était chargé d’émotion, d’intention et de vie.

Ce livre est tellement dense qu’il serait quasiment impossible de lui être fidèle et qu’il faudrait de nombreux et longs articles pour lui rendre hommage, j’espère vous en avoir donné un aperçu suffisamment pertinent.

Bien sûr, je ne crois pas non plus que l’inconscient ne puisse être réduit qu’à ces processus inconscients. Pour moi, avec mes croyances et dans ma pratique, je fais une différences entre ces processus inconscients, automatiques, basés sur notre système de survie, et une autre partie de nous, l’Inconscient avec un grand I, et je ne sais pas si la science sera capable de l’expliquer un jour. Dans un prochain article je vous parlerai d’un livre fantastique qui a éclairé ma pratique et ma façon de « discuter » avec les inconscients, avec des résultats surprenants.

Si cet article vous a plus, cliquez sur j’aime, et laissez vos commentaires, avis et feedbacks un peu plus bas, partager est toujours un plaisir.

Penser à partager, merci !

7 réflexions au sujet de “Fonctionnement du cerveau : un cinéaste émotionnel”

  1. Salut Laurent,
    Encore merci pour cet article très interessant !
    – Est-ce que le fait d’avoir à faire à une émotion primaire ou secondaire change quelque chose dans la façon de l’aborder / utiliser / modifier ?
    – Est-ce que l’une des deux a plus d’impact dans un changement ? (ex: pour creer de la motivation)
    – Est-ce qu’il « faut » une émotion primaire pour en déclencher une secondaire ?
    🙂

    Répondre
    • Coucou,

      Je ne sais pas si je peux répondre à ça, je suis pas neuroscientifique, et je suis même pas certain qu’ils peuvent y répondre eux-mêmes.

      En revanche, ce que j’en comprends, c’est que les émotions primaires arrivent très vite, c’est d’ailleurs souvent qu’on parle de micro expressions (voir Paul Ekman), et qu’elles peuvent être sous-jacentes à des émotions secondaires, plus visibles. On le voit en EFT par exemple, qu’une émotion en cache une et qui en cache une autre etc.

      Dans son livre Damasio n’a pas l’air de dire qu’il faut une primaire, c’est juste que les primaires sont plus associées aux systèmes de survie que les secondaires, plus associées à notre histoire auto-biographique.

      Dans la pratique, c’est souvent intéressant de percevoir un geste, une posture non-verbale, et de capter l ‘émotion primaire associée. Lorsqu’un client a une position de protection (y’a pas de règles), ou répétée lorsqu’il parle de honte et qu’il manifeste de la joie sur le visage, c’est très intéressant, car ça ouvre des pistes de travail sur des parties en conflit par exemple.

      Ou l’inverse, une colère sur une posture très ouverte et joyeuse.

      Bref, ça aide à percevoir une congruence à tous les niveaux, sans pour autant qu’il y ait de règles.

      POur ça je me permet de conseiller analyse comportementale (j’en connais pas d’autres sur ce sujet) avec Jean-François Hirsch et Mourad Tahir qui aborde bien ces sujets dans la pratique : http://www.arche-hypnose.com/analyse-comportementale/

      Répondre
  2. Bonsoir Laurent,

    Très bon article. Je commence à parcourir ce site et je le trouve très intéressant et diversifié.

    Concernant cet ouvrage, je suis passionné d’hypnose et de neurologie mais pas professionnel, le penses-tu malgré tout abordable?

    Bonne soirée

    Répondre
  3. Bonjour Nico,

    Oui c’est abordable ! Cela parle peu d’hypnose mais j’ai trouvé ce livre passionnant, même si parfois c’est un peu complexe, une grande partie du livre est tout à fait abordable.

    Bonne Lecture et merci pour les compliments )

    Répondre
  4. « Bonjour Mr Bertin Laurent, dans cette article passionnant et très instructif, captivant et motivant, vous avez écrit à la fin, je cite : « Dans un prochain article je vous parlerai d’un livre fantastique qui a éclairé ma pratique et ma façon de « discuter » avec les inconscients, avec des résultats surprenants. »
    Je sais que vous êtes un homme, et très occupé néanmoins si au moins à défaut d’avoir l’article vous pourriez partager le titre de cet ouvrage.
    Merci beaucoup pour votre travail et cette « passion » qui à défaut d’en être une est transmise quand je vous lis. 🙂

    Répondre
  5. Bonjour, je m’appelle Maryline
    Je pense / émotions primaires et secondaires
    Je donne une exemple d’un bébé , tout le monde est autour de lui , assez excité de la venue au monde de ce bébé … pendant un temps le bébé réagit aux stimuli extérieurs , il est bien présent à ce qui se passe … A un moment , le bébé tourne sa tête sur le côté ( c’est juste perceptible) . Comment peut on voir son geste , est ce qu’ on le voit déjà ?? est ce que la mère ou l’entourage est attentif aux mouvements du bébé ( interaction avec l’environnement )… différentes réponses peuvent être données
    -soit l’environnement continu son excitation , et poursuit la stimulation de l enfant ( désaccordage)
    -soit , l’environnement se dit , en regardant ce qui se passe , que peut être le bébé est fatigué , il a besoin de calme ( accordage)
    – l’environnement prend le détour de tête comme un abandon ( si la personne qui s’occupe du bébé reste avec des souffrances personnelles ) et de ce fait commence à pleurer ou autres réactions ( tout ceci est encodé dans la mémoire )
    brefff , plein de réponses possibles …. étant Bébé , le bébé n’a pas la capacité de parler , il enregistre au niveau de l’amygdale , je pense , si je me souviens avant 2 ans …. toutes les attitudes , les mimiques du visages , les réactions de l’environnement ( bruits cris sourire )seront enregistrées sans pouvoir y mettre mots .. mis dans notre mémoire ancienne ( et surtout si c est répété de nombreuses fois dans ces relations)… cela se traduira ensuite dans l’avenir en sensations ( le corps parle )
    Et un comportement , des attitudes vont en découler chez cet enfant devenant grand ..( émotions secondaires )
    Un peu différent , niveau Hippocampe , car il y a , à cette période les mots ( néanmoins le perçu restera très subjectif) ..
    Avec tout çà , le bébé reste avec le calme , le sentiment de sécurité ou alors, avec la peur au ventre peut être ; et sa seule façon de survivre est de se couper de ses émotions pour continuer à avancer et à vivre .. régulièrement le scénario se déroule à nouveau ( répétition)…
    Donc en séance , il est pour moi très important de voir les micros gestes qui peuvent donner des indications … ne pas se fixer seulement sur les mots ( on perd beaucoup de choses )
    « Derrière l’arbre se cache la forêt » je pense que c’est ce qu’on dit ..
    Moi c’est ce que je comprends , voilà .
    Merci de vos retours ..

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

shares