3 exercices pour se détacher des protocoles

Un protocole, qu'est-ce que c'est vraiment ?

Je vois beaucoup sur Internet de demandes type « Je reçois une personne pour un arrêt du tabac, quel protocole utiliser ? ». Ces questions font souvent débat, entre les personnes favorables aux protocoles et les anti protocoles.

3 exercices pour se détacher des protocoles

Une de mes devises est « un peu de tout, beaucoup de rien », et je pense qu’on peut trouver des choses utiles et pertinentes partout, les protocoles ne font pas exception.

Pour avoir accompagné et accompagner encore au quotidien de nombreux praticiens sur l’espace membre, je comprends le besoin de se rassurer, les problèmes de légitimité, les peurs et tous les enjeux liés à la pratique, au début et même encore après. Je comprends.

Le problème avec les protocoles c’est quand les gens pensent que c’est le protocole qui fait le travail. « Si X alors protocole Y ».

La solution n’est pas dans la préparation de la séance en amont, ni dans le protocole, ni dans les recettes. On reçoit des êtres humains, pas des problèmes et les solutions toutes faites n’existent pas. D’ailleurs, cette quête de la recette magique est sans doute ce qui fait le plus de mal aux praticiens.

Je vous propose 3 exercices pour vous détacher des protocoles, tout en conservant ce qui est utile dedans.

Exercice 1 : résumer en 1 phrase les principes de changement du protocole

Un protocole renferme souvent des principes de changements universels.

Par exemple : si vous faites un recadrage en 6 points, le principe est assez universel et ça tient en 1 phrase :

Garder ce qui est utile dans le comportement, et faire en sorte que ça s’exprime de façon plus agréable pour le conscient.

Ca peut fonctionner avec tout le monde, et c’est le cas, quand c’est bien conduit.

Tous les protocoles peuvent se résumer en 1 phrase et c’est d’ailleurs un exercice que je vous invite à faire. C’est quand on arrive à résumer en 1 phrase de principe un protocole qu’on se rend compte de la totale inutilité des protocoles et de leurs étapes.

Plutôt qu’enseigner des protocoles, on devrait enseigner des principes et des leviers de changements.

Un autre protocole, la redirection d’histoire de vie, renferme le même type de principe

Aller à l’origine, selon l’inconscient, du problème, et travailler sur le changement de perspective, pour modifier la perception au présent.

En plus court : faire le tri dans l’émotion d’origine.

Si on regarde de près, tous les protocoles ou presque se résument en 1 phrase : faire le tri, garder ce qui est utile et laisser partir le reste.

Donc en fait quand vous achetez un livre de protocoles, vous pourriez presque ne pas l’acheter, remplacer les 200 pages par « FAIRE LE TRI »…et si vous ne savez pas faire le tri à mon avis, il manque un aspect à la formation suivie.

Prenez le temps de résumer les protocoles que vous avez pu apprendre en 1 phrase

Ca libère de beaucoup de croyances limitantes, et je vous invite vraiment à le faire. Ca permet notamment de ne plus se focaliser sur les étapes, mais sur les principes et il devient assez simple d’intégrer plusieurs principes en 1 seule séance et de laisser jouer sa créativité et celle du sujet au service des principes.

C’est vachement mieux que de faire rentrer le sujet dans les cases linéaires d’un protocole.

Ceci étant dit, un protocole ce n’est pas que des principes, c’est aussi une histoire, et les livres de protocoles peuvent être enrichissants à cet endroit.

Exercice 2 : comprendre les métaphores de changement dans les protocoles et les clients

Un protocole au fond, n’est qu’une façon de choisir l’histoire du changement, faut presque les voir comme des métaphores.

Si une personne a tendance à parler de façon régressive ou si c’est ça qui vient en séance, les protocoles de régression seront sans doute plus adaptés (pas plus efficaces, plus adaptés).

Idem si quelqu’un dit « Je sais que la cigarette me sert à me de-stresser et je sais pas faire autrement », j’ai envie de dire que ça ressemble vachement à une demande de recadrage en 6 points, même s’il faut sans doute poser quelques questions et éventuellement sortir du symptôme…et travailler plus sur le stress, que sur le comportement « fumer », l’idéal étant peut-être les 2 si on choisit cette approche protocolaire.

Je vois les protocoles comme des idées de métaphores, pas comme des solutions au changement.

Vous pouvez ouvrir un livre de protocoles, trouver un protocole de « nettoyage de l’ordinateur », les étapes de ce protocole ne sont que l’histoire d’un nettoyage…si vous saviez déjà comment fonctionne un ordinateur, vous n’aviez pas besoin de le lire, et dans le cas contraire, vous avez acquis une nouvelle inspiration stockée quelque part dans votre inconscient…et puis un jour un client informaticien sera là…qui parlera d’ordinateurs…et pouf, ça sortira tout seul. Magique non ?

Même si vous pouvez raconter les histoires de changement que vous voulez, le mieux à mon avis reste d’écouter celles que nous donnent nos sujets, souvent assez tôt dans la séance.

Enregistrez vos séances et cherchez les histoires de changement et de non-changement de vos sujets.

Vous verrez que très souvent, ces métaphores de changement se trouvent dans les premières minutes de la séance.

Exercice 3 : faites, pendant un temps, toujours le même protocole quelle que soit la demande

L’argument qui tue : jamais de protocole, chaque personne est unique !!!Avec 3 ! histoire de bien être sûr qu’on comprenne.

Ah…le fameux argument du « chaque personne est unique ». Déjà, on fait tous des protocoles.

Démonstration :

  1. Accueillir le client
  2. Le questionner
  3. Induire l’état d’Hypnose
  4. Travailler en transe
  5. Retour / Réveil
  6. Fin de séance

Tadaaa ! (!!!!)

Je caricature évidemment, mais je n’ai encore jamais vu de pratique où ne se cache pas un système linéaire avec des étapes, et ça s’appelle un protocole.

Avoir des étapes de travail est une bonne chose, croire que ça résout le problème et décharge de la relation humaine, de l’écoute et de l’attention, c’est ça le vrai problème.

Les personnes sont uniques oui, mais pas tant que ça non plus.

Nous sommes uniques dans notre façon de nous construire et dans l’interaction de nos structures biologiques (lire cerveau) et émotionnelles, mais on fonctionne tous de la même façon. On a des émotions, des valeurs, des amygdales, des croyances, on apprend tous de la vie, de nos expériences, mais structurellement ce sont les mêmes mécanismes.

Donc quand quelqu’un dit « Tout le monde est unique », oui mais non. Unique dans le contenu, très similaires (pour pas dire identiques), en termes de structures.

Ce que je propose par exemple autour de mon stage « le déménagement intérieur » c’est exactement ça. C’est un protocole, oui, mais adaptif aux structures et qui les « ratissent » toutes, ça déménage (d’où le nom ahaha).

Je suis capable de faire la même induction et le même protocole avec n’importe qui, sur n’importe quelle problématique (dans ma zone de compétence j’entends), ça n'empêche l’écoute, l’attention à l’autre, la relation, et le travail sur les structures et le dialogue avec l’inconscient.

Un protocole, c’est comme un marteau…et c’est pas le marteau qui fait le job, c’est où on tape avec.

Testez un protocole, toujours le même, sur 10 personnes à la suite.

Vous verrez que tout marche avec tout et ça vous libèrera du « quel protocole dois-je utiliser ? » et ça vous fera travailler un peu la créativité.

Si vous avez faits les exercices précédents avant, ça sera même une évidence.

Et à la fin…il reste la relation

Tout ça pour dire que les protocoles ne sont pas un problème lorsqu’ils sont utilisés pour travailler de façon STRUCTURELLE.

Ils sont totalement inutiles (ou alors c’est l’effet placebo et le fruit du hasard) quand tu travailles sur le contenu ou le symptôme.

Aussi, les protocoles sont des guides, qui peuvent aider au début, mais quand les principes sont intégrés, ils disparaissent car ils s’intègrent à une pratique maîtrisée.

Tout marche avec tout. C’est un très bon moyen de se détacher des outils et de remettre la relation au centre….

et de se rendre compte qu’à la fin, il reste la relation, le « je », le « toi », le « nous » et que cette danse à plusieurs qu’est une séance d’hypnose est quelque chose qui ne repose vraiment que sur une chose : ce que nous donne l’autre et ce qu’on lui permet d’être avec nous.

Amicalement,

Je me réserve le droit de ne pas valider ou supprimer les commentaires qui seraient hors-sujet ou inappropriés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “3 exercices pour se détacher des protocoles

  1. Oui!
    L’essentiel réside dans l’alliance therapeutique. Construire dans l’entre-deux de la relation. Merci pour ton analyse lucide et nuancée

  2. Absolument d’accord..depuis que je m’intéresse aux structures inconscientes et au langage, d’un peu plus près,je me suis libéré de ma dépendance aux protocoles et autres scripts.Et la relation, l’allaince thérapeutique est beaucoup plus détendue qu’avant…je l’imagine comme un tango, une vague…un mouvement..Et je sais que je ne sais pas et que ce n’est pas moi qui fait le travail..Enfin, pas tout à fait, puisque je continue encore et toujours à me former…Je partage votre post.