Les Dangers de l’Hypnose

L'importance de l'autonomie et de l'action

Dors ! Je le veux ! Donne-moi ta carte bleue ! Non ce n’est pas de ça dont je parle, car ce danger là n’existe pas. Dans cet article assez provocateur et assez tranché, je voudrais vous parler ici d’un danger que je trouve plus important : ralentir le développement de l’autonomie de la personne et sa capacité à s’auto-gérer et à passer à l’action. N’avez-vous jamais rencontré des personnes dont la vie change de façon positive du tout au tout avec des séances d’Hypnose, sauf la problématique pour laquelle ils sont venus initialement ? Comme si garder leur problème d’origine était une excuse pour changer d’autres choses. N’avez-vous jamais vu des personnes repartir très heureux d’une séance, motivés à bloc puis vous rappeler en vous disant qu’ils se sentaient démotivés ou frustrés ? Si cela vous est arrivé et que vous vous êtes demandé pourquoi, cet article est fait pour vous. Si vous souhaitez suivre vos clients sur des dizaines de séances pour en profiter allègrement sans jamais vous soucier de l’autonomie et du bien-être à long terme de vos sujets, cet article n’est pas fait pour vous (et ce blog non plus d’ailleurs).

Les dangers de l'Hypnose

Le Danger de la Puissance de l’Hypnose

L’Hypnose est un outil puissant et comme vous j’imagine, j’ai vu de nombreuses personnes résoudre des problématiques qu’elles avaient depuis très longtemps, arrêter de fumer très rapidement, se libérer d’angoisses etc.

Toutefois, j’ai aussi vu des personnes inconsciemment devenir dépendantes de l’Hypnose dans leur vie, en attendant de l’Hypnose qu’elle résolve tous leurs problèmes, leur trouve des solutions ou même réalise parfois des objectifs irréalistes et irréalisables qui ne dépendent pas d’eux, surtout si la première séance a été spectaculaire pour eux (comme quelqu’un qui arrête de fumer du jour au lendemain par exemple)

Pour moi, le changement passe par l’action, et l’Hypnose peut engendrer chez certaines personnes une certaine passivité qui je crois leur fait plus de mal que de bien sur le long terme.

C’est aussi le danger de futurisations d’objectifs trop « bien menées », trop bien vécues par le sujet. Futuriser un objectif lointain est intéressant SI ET SEULEMENT SI chaque étape pour y arriver est préparée et gérée avec le sujet, sinon cela ne reste qu’un doux rêve agréable.

Prenons un exemple :

Gravir une montagne et se voir en haut de la montagne, fier de l’avoir accompli, et le faire vivre à un sujet de façon tellement réelle qu’il a l’impression de l’avoir déjà fait…et s’arrêter là, est une erreur fondamentale à ne pas faire. Car cette ascension peut demander de la préparation, du travail, de l’entrainement, une gestion du temps, une gestion des émotions, une capacité à passer certains passages, une capacité à gérer l’échec aussi, car peut-être que l’ascension ne sera pas réussie du premier coup ou plus simplement que certains passages seront difficiles et douloureux pour le corps. De cette futurisation, qui est un levier de motivation fort doit en ressortir des étapes, et surtout, une capacité à passer à l’action et à les gérer.

Combien de personnes ont déjà visualisé leurs objectifs, ont trouvé la séance très agréable et motivante pour ressentir leur motivation diminuer et s’estomper complètement pour laisser place à de la frustration car les étapes pour atteindre l’objectif n’ont pas été préparées ? Trop je crois.

L’importance de l’Action

Comme je dis souvent, rêver sa vie sur son canapé en regardant la télé toute la journée n’a jamais permis à quelqu’un devenir chef d’entreprise, de courir le marathon ou que sais-je d’autre encore. Tout objectif de vie demande des actions, et trop de personnes rêvent leur vie au lieu de tout en mettre en oeuvre pour vivre leurs rêves.

L’action est un passage fondamental de la réussite d’un objectif (sauf peut-être dans les douleurs ou certaines problématiques spécifiques).

L’Hypnose, si elle est utilisée sans cet aspect essentiel à l’esprit peut engendrer une passivité qui empêche la personne de passer à l’action. Soit le rêve est plus agréable que la difficulté de certaines actions, soit l’objectif parait tellement lointain et difficile à atteindre que les gens préfèrent continuer à venir en séance pour vivre leur rêves par procuration avec l’Hypnose.

Imaginez quelqu’un qui se prépare à prendre le départ du 110 mètres haies. Il est sur le départ et regarde les haies devant lui, trop hautes, trop difficiles : avant même le départ il abandonne. Mon travail en tant que praticien en hypnose est de l’aider à diminuer, réellement ou dans sa représentation mentale, les haies qui sont devant pour que cette personne se sente prête à prendre le départ, mais ça ne veut pas dire qu’il ne faudra pas prendre le départ, ni courir ni sauter les haies.

Cette analogie représente assez bien ma vision du travail en Hypnose, les peurs, les doutes, le manque de motivation, les émotions qui bloquent sont gérées avec l’Hypnose mais le passage à l’action, la mise en oeuvre de tout ce que la personne fait au service de son objectif lui appartient, et je crois que parfois il est bon de rappeler aux clients que l’action est nécessaire dans la réalisation d’un objectif, et aux praticiens de se rappeler que l’autonomie et la liberté passent par la capacité à gérer les étapes de vie, les émotions et les étapes de la vie, qui, quoiqu’on puisse en penser, arrivent à tout un chacun.

Faire rêver ses clients est pour moi une grave erreur. Les ramener au concret de la réalité de la vie, avec ses hauts et ses bas, et leur donner la capacité de le gérer, facilement et simplement, c’est ça pour moi, notre travail.

Conclusion

Si vous ne le faites pas déjà, je vous encourage vivement à poser à vos clients cette question :

Que FAITES-vous, chaque jour, pour la réussite de votre objectif ?

Et de ne pas les lâcher, de leur donner des tâches voir des comptes à vous rendre. Et aussi de leur rappeler qu’un objectif est parfois fait de hauts et de bas, qu’ils passeront peut-être par de la frustration ou un sentiment d’échec, mais qu’avec l’Hypnose, vous leur donnez la capacité de le dépasser.

Aussi, je vous encourage vivement à apprendre à reconnaître les personnes qui sont plus que capables de gérer leur vie seuls, mais qui croient encore que c’est grâce à vous qu’ils changent et qu’ils réussissent.

Cela flatte l’égo, cela fait du bien au portefeuille, mais si vous faites ce métier pour cela, changez de métier, s’il vous plaît.

Souvent, un deuil de la thérapie est essentiel. Je le fais souvent en proposant aux personnes d’aller boire un café et de ne pas faire la séance, nous discutons, je les encourage à continuer sur la voie qu’ils suivent, à se faire confiance et à continuer d’utiliser les outils qu’ils ont appris avec moi en séance. Je crois qu’ils sentent que je les « libère » de la thérapie, et que tout ce que je suis en train de leur dire c’est qu’ils n’ont plus besoin de moi, et je crois que c’est le plus beau cadeau que je puisse leur faire.

Comme le dit le proverbe chinois, « Apprenez aux gens à pêcher, évitez de leur donner un poisson dès qu’ils ont faim. »

Parfois vos clients vous en voudront car vous ne les aidez pas à rêver leur vie, mais croyez-moi, sur le long terme, lorsqu’ils vivront leurs rêves, c’est un énorme merci qu’ils vous donneront.

Comme d’habitude, si vous avez des remarques, des questions ou des commentaires, la section commentaires ci-dessous est là pour ça.

Je me réserve le droit de ne pas valider ou supprimer les commentaires qui seraient hors-sujet ou inappropriés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

28 commentaires sur “Les Dangers de l’Hypnose

  1. Super article Laurent, encore un de plus. Pour ce qui est de la métaphore de la montagne, qui me parle bien sûr, je rajouterai pour l’histoire, que Reinhold Messner, premier alpiniste à avoir fait les 14 sommets de + de 8000 m sans oxygène, a dit ne jamais avoir voulu être en haut sans oxygène. Il a voulu le faire. S’entraîner, s’acclimater, monter, puis descendre. Que c’est les étapes qui font rêver, c’est être capable de savoir que l’on avance vers le sommet qui fait que la personne vit son rêve. Et parfois, on se rend compte que le sac est trop lourd et qu’il y a un truc qui n’est plus utile , comme le praticien qui nous accompagne, par exemple. Les gens changent en vivant leur rêve. Et un rêve, divisé en mini rêve pour être vécu dans l’action, reste un rêve. Les gens n’ont pas forcement besoin qu’on les mettent en action. Ils ont l’énergie pour le faire, bon sang, ils bougeaient avant de parler. Ils sont fait pour. Ils suffit de leur rappeler. Pour ça, quel est le positionnement du praticien? Bienveillant ne veut pas dire s’écraser. On l’a déjà dit, lu et entendu mais… les gens nous paient pour changer, pour bouger pas pour qu’on les laisse tranquille et qu’on laisse tout le boulot son l’inconscient.

    • j’ai écrit un commentaire  » en attente de modération » , aujourd’hui à 12H57. Cela veut dire que vous n’avez pas encore eu le temps de le lire, OU que vous ne le trouvez  » pas modéré » ?Merci de m’éclairer = de répondre à mon 1er commentaire: très mesuré

    • Bonjour! j’ai bien aimé votre article, surtout l’accent que vous mettez sur la complémentarité entre l’hypnose et les actions menées par le patient pour atteindre l’objectif visé. Je recherche en ce moment un bon hypnotherapeute ericksonien certifié pour la problématique de mon homme qui je pense a un blocage psychologique ou en tout cas en présente de nombreux signes: pas d’estime de lui, énorme manque de confiance en lui, pessimiste, peur du public, fuit toujours les problèmes au lieu de les affronter,stress pour des choses tout à fait banales(on toc à la porte ou encore mot déposé par le gardien devant la porte qui dit: « prière de me recontacter »), se dit pas assez intelligent d’emblée, et surtout ne sait pas dire « non » ce qui fait qu’à son boulot,et dans la vie de tout les jours il passe le temps à subir car certains en profite!
      je ne sais pas trop comment l’aider car il en a même pas conscience et c’est dure pour moi tout ça au quotidien.

      • Difficile d’aider quelqu’un qui n’en a pas envie malheureusement. Après les commentaires sont pas toujours adaptés à ce genre de discussions personnelles. Le mieux est d’en parler avec lui et voir s’il a envie de tester l’expérience ?

  2. Merci Laurent, bel article. La métaphore de la haie est très proche de celle que j’utilise régulièrement ;-). Souvent, je demande aux clients, une fois le changement déclenché, d’expérimenter, de laisser passer quelques semaines puis de me tenir au courant, de me passer un coup de fil plutôt de que de programmer une séance « au cas où ».

    Pour certains, tout va bien et pour d’autres, tout va bien à part un détail qui correspond souvent à une part de leur travail qu’ils ont à accomplir pour vivre le changement pleinement. Hier, j’ai eu une cliente au téléphone qui me disait que tout allait bien à 80% mais que parfois elle n’est pas d’accord avec son mari et trouvait ça désagréable… (sans blague ?)

    Certains clients pensent que l’hypnose, comme tu l’as écrit, règlent tout leurs problèmes et qu’ils ne ressentiront plus de frustration ou de colère… qu’ils vont devenir des bouddha en puissance sur lesquels tous les ressentis négatifs vont glisser ou rebondir sur eux…. ils focalisent donc leur attention sur ce qui ne va pas, en oubliant que le principal frein à disparu, lui.

    D’où la nécessité de les engager à être dans l’action à expérimenter leur changement et à s’adapter, à écouter leurs émotions et à les accepter pour en tirer le meilleur et ne plus en être esclave.
    Encore merci pour ton article.

  3. Ah j’adore cet article!! Arrêtez de vous plaindre et bougez-vous!
    La précision que tu apportes a la futurisation est particulièrement cruciale. Et oui, si vous voulez atteindre tel ou tel objectif, il y aura des moments d ‘ascension, de joie, parfois des chutes auxquelles il faidra faire face et se relever pour repartir de plus belle pour se rapprocher toujours un peu plus du somment! Ca rend le travail beaucoup plus concret en faisant accepter au client que ca ne sera pas forcement une ligne droite.

  4. je ne fais jamais de futurisation. Ca crée trop d’attentes et plus on a d’attentes, plus on peut se préparer à être déçu…. je n’ai pas rencontré de clients/patients dépendant des séances… je pense que mon coté très pragmatique doit bien jouer dans le cadre des séances et leur déteint dessus… un bon client est un client satisfait, qui n’a plus de problèmes, qui a avancé vite.

  5. Salut Laurent. Ca fait du bien de remettre les pendules à leur place. Et de façon si claire. On en discutait l’autre jour avec Pierre-Alain : L’hypnose sert avant tout à gérer la difficulté, les obstacles, quels qu’ils soient, et à changer (agir) que ce soit dans nos représentations, émotions, stratégies etc… Ca sert pas à faire rêver, puis à être d’autant plus déçus… C’est pour ça que j’aime particulièrement travailler sur les émotions (ou toutes les sensations très désagréables, voir insupportables) avec l’EFT, au lieu de faire comme si elle n’existeront plus, comme par enchantement… La pensée positive a ses limites, et l’Hypnose ne se limite pas à de la pensée positive…
    Bises à tous

  6. Article super intéressant comme d’hab … Merci Laurent.

    L’autonomiser, la laisser trouver son propre moyen d’expression lors de la séance d’hypnose est aussi intéressant que pour son changement et cela permet à la personne d’être forcément dans l’action, ne serait-ce que dans l’action de choisir. Semer des graines pour voir celles que la personne utilise. Lui proposer du choix et de la variété et la laisser choisir
    Je me rappelle d’une séance d’Erickson que j’avais vue en vidéo il y a très longtemps où il disait dès le début de la séance
    – « Pensez-vous que vous pourriez ne pas voir ses lumières ? »
    – « quoi ? »
    – « Pensez-vous que vous pourriez oublier ses lumières ? »
    – Euh …
    A l’époque, je n’avais pas compris pourquoi il disait cela mais ça me trottait dans la tête … pourtant cela semblait une conversation normale avant la séance. Mais, si je me suis posé la question, nul doute que la personne hypnotisée la fait aussi mais pourquoi avait-il dit cela ?

    En fait, il semait probablement l’idée de l’hallucination visuelle pour plus tard (voir de l’amnésie).
    Et la personne choisit ensuite ce qu’elle utilise et devient actrice à un niveau métaphorique mais important. L’induction (cette illusion ah ah ah voir l’article très intéressant de Laurent) et l’entrée dans le processus hypnotique n’est que la métaphore du changement à venir. Cela ne veut pas dire qu’elle développera une hallucination plus tard mais que la porte est ouverte et a elle d’en franchir le seuil si elle le souhaite.
    Il y a aussi « Ce serait curieux de ne pas pouvoir attraper ce verre, non ? » => Et c’est drôle parce que dans l’inaction de ne pouvoir l’attraper, elle développait sa propre façon d’entrer en transe donc de rentrer dans l’action.

    Parfois, je vois des praticiens s’acharner sur un phénomène hypnotique que le client n’arrive pas à développer et pendant ce temps le client est en train d’halluciner et de ne plus voir sa main qui décidément ne se lève pas malgré les 3000 suggestions à la minute du praticien (mais pourquoi ne se lève-t-elle pas ? Argh).
    Ce n’est pas que le client ne sait pas faire mais peut-être qu’il exprime sa propre façon de faire autrement et à nous de l’accepter. Car l’hallucination sera peut-être d’autant plus intéressante.
    Trop de praticiens se disent « Je n’y arrive pas » et commence à avoir un ton un peu bizarre semant du doute … mais ce n’est pas au praticien d’imposer. La question serait plutôt « pourquoi j’oublie de regarder et d’écouter mon client … et que je focalise sur le phénomène que je demande ». Le praticien peut proposer, observer et adapter et un autre phénomène est probablement en train de démarrer et c’est celui de la personne et la personne s’approprie sa transe et se l’approprier sème l’idée de s’approprier autre chose et qu’est ce que c’est que ça peut bien être ? … sinon son changement.

    Parfois, j’entends « pourquoi s’embêter avec l’indirect, moi en étant direct, la personne me suit et rentre dans des transes profondes ». Oui, mais peut-être qu’elle ne doit pas suivre mais précéder, non ? C’est comme ça qu’elle rentre en action. Le direct est génial et je l’utilise très souvent et c’est pouvoir choisir qui est intéressant. Le direct laisse tout simplement moins de choix d’expression de son individualité à la personne, moins de choix d’actions possibles mais il sert à plein d’autres choses.

    Co-construire le processus hypnotique n’est-il pas déjà un moyen de montrer indirectement (semer l’idée) à la personne qu’elle va agir pour changer ?

    Encore merci Laurent pour ses articles et podcast qui font bouillonner les idées et lèvent plein de possibilités …

  7. Article très intéressant !
    Merci
    Je souhaiterais faire une formation de hypnose mais je ne sais vraiment vers qui me tournée !
    Hier j’ai une une personne en ligne qui m’a proposé une formation en 2 jours j’ai trouvé ça très inquiétant !
    Comment peut-on prétendre de former correctement quelqu’un en si peu de temps !

  8. Il y a des cas ou l’on a hypnotisé une personne pour lui faire retirer de l’argent avec sa carte bleu. La personne a porté plainte contre X car elle ne pouvait se souvenir. mais on l’avait vu en compagnie d’un homme lui faisant retirer l’argent puis le recupérant. C’est un grand danger de l’hypnose qui peut agir contre la volonté profonde de quelqu’un.
    De plus plus on se laisse hypnotisé plus on est hypnotisable. Ceci laisse la porte à des personnalités politiques influençables…

  9. Un grand merci à toi Laurent pour tout le travail fourni, et surtout, partagé sur ce site.
    Je n’ai à mon actif qu’une semaine de formation réalisée cet été à Avignon, la deuxième étant prévue début 2017. Je dois avouer qu’après avoir « dévorer » tous les articles, podacast, en fait, tout ton site…je peux dire, que je vais me rendre à cette nouvelle semaine de formation bien plus détendu. Tellement de réponses trouvées ici à tellement de questions que l’on peut se poser…on dirait presque que tu arrives à lire dans l’inconscient des personnes qui viennent visiter ton site….;-)
    Toujours impatient de trouver de nouveaux articles ici.
    Encore merci à toi.

  10. Sophrologue depuis 11 ans, j’applique ce que vous expliquez ici aussi en hypnose, que je pratique depuis peu, mais cela n’est pas assez dit et répété. Mes formateurs en sophrologie insistaient lourdement sur ce sujet, alors que, grâce à la lecture de cet article, je me rends compte que c’est beaucoup moins abordé en « hypno-apprentissage ». Mais si on est sensé et que l’hypnose est pour nous un outil supplémentaire pour accompagner les personnes, alors il me semble que cela s’impose ! La première fois que j’ai été confrontée à cela et, ai été le mauvais objet, c’est avec une cliente qui pour des raisons d’hémophilie devait avoir une fille. Nous travaillions son ancrage au présent et son schéma corporel, ainsi que la gestion des émotions. Son souhait de devenir maman était si grand, qu’un jour elle m’a demandé de lui « faire » une futurisation. J’ai refusé en lui expliquant qu’à mon sens elle n’était pas prête à vivre cela (pour x raisons …) Je ne l’ai revue qu’une fois, et puis plus du tout, sans aucune explication. Je me suis posé évidemment des questions, doutant de ma légitimité à refuser ceci ou cela … et puis, une dizaine de mois plus tard, j’ai reçu un faire part avec un petit mot adorable, qui me remerciait … or, c’est à moi de remercier cette jeune femme d’avoir légitimé le fait d’être restée dans « les clous » que je m’étais fixés. Merci à vous aussi de remettre … les pendules à l’heure !!!

  11. Bonjour,
    J’ai une question importante sur l’effet néfaste de l’hypnose. J’ai vecu des sessions d’hypnose par un membre de ma famille et quelque temps apres nous avons eu un tres gros argument et cette personne m’a dit des choses tres cruelles. J’aimerais savoir si ayant habitué mon cerveau a reconnaitre sa voix en therapie peut avoir une influence negative et destructrice lorsqu’elle me dit quelque chose de negatif? J’aimerais savoir comment reprendre mon pouvoir…si je peux dire. Est-ce que je pourrais vous écrire en privé? Merci!

  12. Bonjour

    J’ai un renseignement à vous demander s’il vous plaît ? J’ai fait trois séances hypnose pour le placement d’ un anneau gastrique virtuel qui a été placé dans mon estomac il y a maintenant 3 semaines hier était mon avant dernière séance et je crois la dernière cela est effectivement efficace certes pour la réduction énorme de l’appétit sauf que depuis 2 jours je ne dors pas cette nuit j’ai pas fermé l’œil de la nuit j’ai des sensations bizarres notamment hier soir des sueurs, comme ci que je broyais du noir déprime etc cela est ce normal ? Cela est il dangereux ? Et comment je peux retrouver mon subconscient d’avant ? Est j’espère que c’est possible de redevenir comme avant rassurer moi
    Merci pour votre réponse

  13. Sous POUVOIR d’hypnose d’un homme, et sans doute ma  » réceptivité » à ce genre de « pouvoir », ma volonté pour dire NON s’est transformée en un  » zombi » qui n’a rien dit, RIEN FAIT, qui a subi en occultant ( pendant plus de six mois— et ++++ —) la  » violance » de l’hors de soi de celui qui était là , dont je parle quand même ici, parce que 2 jours après, il m’a téléphoné pour me demander s’il m’avait fait mal: vu l’état très douloureux de mes  » intimités » corporelles , je répondis  » oui », +++ pendant plus de six mois, je ne pouvais plus faire pipi, sauf debout dans le jardin? ( j’abrège tous développements et le  » bazar » dans la maison après cela et autres douleurs du corps) .J’ai , après plus de 8 ans, commencé à aborder le sujet auprès de différents thérapeutes: deux d’entres eux m’ont dit que, sous pouvoir d’hypnose, on avait l’entière responsabilité de nos actes. Le 3ème, PSY , ne disait pas cela . Comment retrouve t-on son INTÉGRITÉ ?Comment se reconstruit la mémoire de moments où  » l’on était pas là » ? Où est le VRAI, quand on ne se ressouvient sans doute pas encore de tout?

  14. J’ai oublié plein de mots…
    La même vision, mon objectif à moi avec les personnes que j’accompagne. J’ai quand même une personne qui est dans cette attitude de passivité et que je n’arrive pas à « lâcher » parce qu’elle m’amène à chaque fois une nouvelle difficulté… En même temps, elle a la vertu de me rappeler chaque fois mon intention d’autonomisation… des autres clients. 🙂

      • Ah! votre réponse ne s’affichait pas! il a fallut que je fasse un autre commentaire(qui est d’ailleurs en cours de modération) pour revoir mes deux premiers messages et votre réponse au deuxième. J’ai donc vu que vous aviez validé mon 1er message(du 31 Mai 2018), pourriez-vous y répondre? car j’ai vraiment besoin d’être éclairer.
        Merci d’avance.