La Créativité : Un Outil Indispensable

par Théo Duverger

La créativité est un avantage indéniable dans la vie de tous les jours. Dans la pratique thérapeutique, elle peut souvent vous sortir de situations délicates. La bonne nouvelle ? Ca se développe. Je vais vous donner quelques techniques que j’ai utilisées et qui ont assez bien fonctionné. Je vous parlerai aussi de la séance la plus émouvante de ma vie, où ma créativité m’a sauvé.

La créativité, un outil indispensable

Première technique pour développer sa créativité

Je crois personnellement que l’enfance conditionne beaucoup cette capacité, comme les jeux auxquels vous avez joué. Passiez-vous des heures à jouer avec vos légos, à essayer de reproduire les schémas écrits sur la boite ou assembliez-vous les briques à votre sauce pour créer des chateaux-dragons, des maisons-tank, des chevaux-motos etc… ?

Lorsque nous sommes enfants, nous avons une extraordinaire capacité à nous poser des questions. A ne rien prendre pour acquis, à tester, à essayer nous-même notre réalité. Et puis cette réalité est plastique, nous pouvons la modifier, la recréer selon nos envies. Comme dans un rêve, « tout est permis »

En grandissant, nous perdons progressivement cette capacité à nous poser des questions sur tout ce qui nous entoure. On se laisse alors imposer passivement notre réalité.

L’idée c’est de toujours se poser des questions et ne jamais accepter la réalité telle qu’elle nous est présentée. Ca nécessite de retrouver cette part d’enfance oubliée.

Exemple : Une télévision. « Est-ce que c’est moi qui la regarde ? Et si c’était elle qui me regardait ? Et si nous étions les divertissements préférés de nos télévisions de salon »

Autre exemple : une tartine de confiture. « Est-ce qu’elle sont ensorcelées par le grand mage du syndicat national des céréales, afin que chaque matin, alors que vous avez la tête dans le pâté, elles vous glissent des mains et tombent invariablement sur le côté confiture…et que vous finissiez ainsi par en avoir raz le bol et achetiez des céréales ? OUI MAIS, le syndicat national des boulangers et des fabricants de confiture contrent-attaquent en ensorcelant vos paquets de céréales, de sorte qu’il n’y ait jamais un nombre entier de portions…Lorsque vous arrivez à la fin du paquet il y a toujours soit trop de céréales pour votre petit dej, soit pas assez…alors vous revenez aux tartines de confiture. »

Bon, vous avez compris l’idée. Amusez-vous à prendre les objets les plus communs de votre environnement et détournez-les !
C’est une manière de sortir du cadre qu’on a appris à accepter. C’est se poser ces questions « et pourquoi c’est comme ça ? Et comment ça serait autrement? Etc »

Cette technique doit devenir une seconde nature, à force d’entrainement, c’est facile et tellement amusant.

Deuxième technique pour développer sa créativité

L’autre habitude que je me suis imposée pendant des années a été d’écrire. Tout, tout le temps. Des idées de vanne, des idées de sketches, des idées de spectacle, de chanson, de poème mais aussi des trucs débiles, idiots, simplement par plaisir d’écrire ce qui me passait par la tête.

J’ai lu un jour qu’Aznavour écrivait tous les jours, depuis son enfance, au moins une heure par jour. Quand on connait l’incroyable répertoire de chansons qu’il a écrites pour lui, mais aussi pour d’autres, avec une telle ingéniosité dans ses mots…il suffit de modéliser. Au début, ça va peut-être vous paraître compliqué, jusqu’à ce que ça devienne aussi facile et amusant. Votre style va s’améliorer, ça sera plus fluide. Jusqu’à ne plus savoir comment vous faites pour trouver vos idées !

Imposez-vous cette discipline.

J’ai lu quelque part qu’il fallait écrire dès le réveil, à peine les yeux ouverts. Personnellement, je n’y arrive absolument pas, et préfère de loin travailler la nuit : choisissez le moment qui vous correspond le mieux et tâchez de vous y tenir.

Prenez par exemple n’importe quelle idée qui vous passe par la tête, qu’il s’agisse d’hypnose ou de tout autre chose, et disgressez ! Rien de tel pour s’entraîner à l’évocation.

Vous n’êtes pas obligé de remplir des pages et des pages d’écriture, le but ici étant de trouver ce qui ne tombe pas sous le sens. Trouver les idées qui ne sautent pas immédiatement à l’esprit.

Mise en application de la créativité au cœur d’une séance émouvante

Je ne prends que rarement connaissance du motif de la consultation. À mes débuts, je prenais le temps de demander le motif de la consultation, mais je me suis vite rendu compte que ça me poussait à « réviser » mes notes, mes protocoles, afin de pouvoir bien les appliquer correctement…Au détriment de ma créativité.

Voici donc dans mon cabinet, une charmante octogénaire, très élégante.

Madame a 84 ans. Lorsqu’elle avait 12 ans, en pleine seconde guerre mondiale, elle s’est cassée la jambe. Le médecin de l’époque croyant que celle-ci était juste foulée, lui a prescrit de l’exercice…grave erreur qui a empiré la blessure, un début de gangrène commence alors à envahir sa jambe…et le couperet tombe…il faut la couper.

Le père de cette dame, résistant, sort alors du maquis pour venir au chevet de sa fille. Il trouve un chirurgien, qui décide de tenter le tout pour le tout afin de sauver la jambe de sa fille adorée. Pour cela, il faut commencer par re-casser l’os…Mais en temps de guerre, avec un père résistant, l’opération doit être réalisée à la maison, sur la table de la cuisine…et sans anesthésie…

La cliente me raconte alors que 5 hommes ont été nécessaires à la tenir sur la table, alors que le docteur cassait l’os.
Elle avait 12 ans, et aujourd’hui, 72 ans après, avait toujours une douleur fantôme…

Plus ma cliente avançait dans son récit, plus les mots devenaient lourds, son visage se crispait, chaque parole était prononcée comme une décharge électrique qui lui parcourait le corps entier. Elle revivait la scène. Ses yeux s'embrument, les respirations deviennent des bouffées d’air dans un climat étouffant. Même les silences semblaient chargés d’une émotion particulièrement pesante.

Comme souvent, je me dis la même chose « Mais qu’est ce que je vais bien pouvoir faire avec ça ! Au secours ! » Heureusement, j’ai la croyance que ma créativité va me donner l’inspiration au bon moment…

L’induction commence et je ne sais toujours pas quoi faire avec précision. J’ai bien l’idée de partir sur une redirection d’histoire de vie, et à ce moment là, j’entends le mot « anesthésie » qui résonne dans ma tête tandis que ma cliente est djéà partie loin dans le temps.

Je lui propose de s’approcher de son double de 12 ans :

« ok, comme vous entendez très bien ma voix, que vous me faites confiance et que vous savez très bien que l’hypnose est très efficace pour réaliser des opérations sans douleur, (dit avec aplomb, ça passe;) vous allez répéter à la jeune fille tout ce que je vais vous dire et grâce à ce que vous allez lui dire, elle va avoir une très profonde anesthésie ! »

Au fur et à mesure que je déroule les suggestions et que ma cliente semble les répéter à son double « jeune fille », je vois ses traits qui se détendent, je vois des larmes qui se mettent à couler, mais pas les larmes de tout à l’heure, non, des larmes de joies et un sourire sur le visage.

La dame ouvre ses yeux, avec un sourire plein de douceur, me remercie de cette délivrance. Elle me dit que la petite fille s’est endormie pendant l’opération !

Deux mois plus tard, sans nouvelle de sa part, je reçois un coup de fil, le mari.

« Bonjour, dites, vous pourriez venir faire une consultation pour moi aussi ? Comme ça a très bien marché pour elle, je me dis qu’à 87 ans, j’ai peut-être des choses à travailler ! »

Conclusion

Au delà de la créativité, je crois aussi beaucoup en l’apprentissage mutuel.

Ainsi, j’aimerais, dans les commentaires, que vous me donniez à votre tour, vos techniques de développement de la créativité !

Promis, je m’engage à les tester, car je crois aussi que la créativité se développe en s’autorisant à tester de nouvelles choses, chaque jour.

Je me réserve le droit de ne pas valider ou supprimer les commentaires qui seraient hors-sujet ou inappropriés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “La Créativité : Un Outil Indispensable

  1. Petit partage d’expérience.

    Un jour j’étais en réunion, j’étais pas en forme, vraiment pas, et il a fallu que je sois créatif. On comptait sur le jeune consultant brillant dont les gens avaient l’image…
    Et plus j’essayais moins j’y arrivais. Néant à l’intérieur, juste un peu de malaise, et de stress…
    Puis je me suis rappelé que j’étais hypnotiseur (en herbe à l’époque, enfin, encore plus que maintenant disons).

    Alors je suis allé dans mon poste de commandes, là où il y a tous les boutons, commandes, leviers, vannes, interrupteurs, potentiomètres et autres trucs drôles qui gèrent un peu tout à l’intérieur.
    Et j’ai trouvé le (gros) bouton (jaune) de la créativité.
    Il était à 0,5. Je l’ai passé à 7.

    Puis je suis revenu à ma réunion, sans chercher à rien faire de particulier.
    Et quelques dizaines de secondes plus tard, peut-être une minute, m’est arrivée une idée. Pas mal.
    Puis une seconde, encore mieux. Et je me rappelle plus vraiment de la suite, j’ai dû être absorbé dans la réunion. Mais finalement tout s’est très bien passé ^^

    Je me demande comment votre créativité va s’illustrer dans la création ou l’amélioration de votre centre de commandes, lorsque vous vous amuserez à utiliser cette technique.
    Et ce que vous allez penser de cette mise en abîme 😀

    Amitiés,

  2. Coucou,

    Moi, je ne sais pas si c’est ma créativité mais j’ai quelque chose qui me suit tout le temps. Que je nomme « Kudoïch ». Lorsque j’ai peur, stressée, énervée, perdue… souvent je fais appel à Kudoïch et bien souvent les situations se débloquent comme par magie… hallucinant!

    Sinon, merci pour les petites astuces données, je les essaierai. J’écris depuis très longtemps. Et, souvent je m’amuse à relire mes notes. Mon mari a souvent envie de balancer mes petits carnets ici et là (oui parce que j’aime, même quand il n’est pas terminé, me procurer un nouveau carnet). Je m’étonnes beaucoup, de tout ce qui se passe (ou s’est passé) dans ma tête, les sentiments que j’ai eu à ces moments précis?! Juste whouah!

    Merci Théo!

  3. Salut Théo, tout d’abord super article, j’ai adorais le lire.

    Pour ma part j’aime bien travailler avec quelques amis sur la mémoire associé à la créativité avec un petit jeu que j’affectionne.
    Alors pour sa il faut être minimum 2, puis vous prenez une feuille chacun et chaque personnes commence par dire un mot (celui qui lui passe par la tête) exemple : je dit Banane. Et on le note chacun sur sa feuille, puis à ton tour de dire un mot, ( je met toujours une condition, c’est de ne pas avoir d’accord entre les mots. Du style Banane/singe tu vois le truck) Bref donc toi tu dit un mot exemple : chaussure à fleur :p . Et nous continuons à noter chacun les mots que l’on dit à haute voie sur la feuille. Il faut un bon 40 mots..
    Arrivé à 40 mots écrit sur la feuille, nous prenons 2min (chrono en main) pour mémoriser tout les mot.. (chacun sa manière et cela permet de tester différente manières. au boue des 3min, nous retournons la feuille, et je fait un spitch ! je blablate pour zaper tout sa !! (en générale je passe à autre chose quelque minute). Puis quand on reviens dessus, la nous disons pas les mot, mais tout l’inverse ce qui veut dire, que tu te remémore un des mot qui était sur ta feuille. Exemple : chaussure à fleur, MAIS TU ME LE DIT PAS , à la place il faut que tu face jouer ta créativité pour que moi j’arrive à trouver quel mot tu as en tête et qui est dans la liste. Exemple : Tu te souvient en technicien 2, quand je t’avais comme élève et que quelque foi il m’arrivais d’avoir des… En plus sa me permettais d’être supère à laise est de bien ressentir le sole tout en mettant des couleurs.. .
    Et tu continu temps que la personne na pas trouvé c’est que tu na pas donné Aser de détaille. Je trouve que c’est pas mal pour donner des histoire partir dans l’imaginaire.
    Quand dit-tu ?

  4. Merci Théo pour ces informations et ce partage d’expérience. Ma créativité, je la mets en action de différentes manières : d’abord avec mes enfants, en jouant avec eux dans leur monde imaginaire. Puis en écrivant des scénarii, sans aller jusqu’à écrire quelque chose de très pointu côté technique, juste noter des idées. Regarder le monde qui m’entoure et imaginer des histoires en fonction d’une émotion qui me traverse. Par exemple, en prenant le bus le mois dernier, une jeune femme aveugle était devant moi. Je n’avais pas vu qu’elle était aveugle mais ce que j’ai remarqué c’est qu’elle ressentait son environnement d’une manière différente aux personnes de ce bus, en prenant plus le temps dans ses mouvements (j’avais l’impression qu’elle regardait avec ses yeux tout ce qui l’entourait avec une grande attention) et avec un timbre de voix singulier empli de douceur. Puis j’ai vu sa canne blanche. Alors ma pensée est partie sur le fait que les infrastructures sont bien mal adaptées pour les personnes handicapées puis je me suis imaginée sous forme de scénario comment serait le monde s’il était brusquement totalement adapté aux handicapés et du coup deviendrait inadapté aux personnes valides? Tout en gardant la psychologie de chacun. Ceci est un exemple, je pense que l’imagination est sans fin. J’ai même écrit une nouvelle avec mon poisson rouge! Je crois que la créativité est un muscle, qu’il faut travailler. Tout domaine qui vous passionne muscle cette créativité.. En créant, en se synchronisant aux personnes qui nous entourent, en gardant la position basse, en se posant le pourquoi c’est comme ça et en ayant un esprit critique constructif. Cela peut être avec la cuisine, la peinture, la musique, la sculpture, la critique d’un livre, le bricolage, la photo etc. A chacun de trouver ce vers quoi il veut développer ce muscle créatif pour la mettre au service de cet art merveilleux et passionnant qu’est l’hypnose.